LE GROUPE BENAMOR VISE PAR LA MAFIA DE L’ECONOMIE INFORMELLE ET DE SES RELAIS MEDIATIQUES.

Actualités

Pour :’’Le Point d’Algérie’’

M.RAFRAF

  Il est affreux, voire carrément honteux qu’un journaliste à la réputation douteuse, comme Abdou Semmar et une chaine de télévision privée à réputation sulfureuse, comme ‘’Amel T.V.’’qui collectionne les plaintes et les procès à son encontre, en Algérie et à l’étranger, puisse salir l’image de marque d’un des opérateurs économiques connu comme un des plus sérieux et des plus propres de la sphère économique nationale en inventant des arguments complètement fallacieux et hystériques.

  En effet depuis quand contracter un prêt bancaire pour financer un projet industriel à utilité publique est-il un crime ?

  Car en fin de compte c’est ce que reprochent Abdou Semmar et Amel T.V., à Laid Benamor concernant le méga projet de la réalisation d’une boulangerie industrielle destinée à approvisionner grande une partie des agglomérations du sud Algérien.

  Un projet qualifié par de nombreux observateurs avertis, comme étant hautement stratégique, touchant à la sécurité alimentaire des populations du grand sud Algérien.

  Il est indéniable donc que l’agression médiatique de Abdou Semmar et Amel T.V, serait estime-t-on commanditée par une mafia des loubards de l’économie informelle, que la réussite et la transparence du groupe Benamor dérange au plus haut point, car heurtant leurs intérêts occultes.

  Concernant le crédit accordé au groupe Benamor, ce dernier, c’est archi connu qu’il est hautement solvable et crédible en tous points de vue.

  Son patrimoine et ses avoirs qui pèsent des centaines de milliards, plaident largement pour lui dans toutes transactions bancaires.

  Par ailleurs nombre d’observateurs avertis de la scène économique nationale font valoir que le groupe Benamor un des pionniers de l’Algérie indépendante dans l’agro-alimentaire a un historique très enviable propre et sans taches, le groupe n’a jamais eu de problèmes, ni avec l’Etat, ni avec les banques, ni avec le fisc et autres organismes sociaux, au contraire a contribué au développement et à la croissance de l’économie de plusieurs wilayas de l’est du pays.

  Les ragots et les mensonges d’Abdou Semmar ont également indigné l’opinion publique au sujet de l’ambition de Laid Benamor d’exporter le couscous Algérien vers la Suisse et en Europe.

  Une véritable vision économique en or massif que l’industriel chevronné Laid Benamor veut concrétiser pour placer le produit Algérien sur un marché hautement concurrentiel, pour non seulement de générer des devises hors hydrocarbures, mais aussi pour rehausser le prestige et la renommée culturelle de l’Algérie : « en fin de compte un label national ».

Laisser un commentaire