L’ASSOCIATION NATIONALE DE LA FAMILLE DU CHAHID,

Actualités

INTERPELLE LE PRESIDENT TEBBOUNE SUR LE PILLAGE FINANCIER DU COMPLEXE SIDERURGIQUE
« EL HADJAR (ANNABA).

 

Pour :’’Le Point d’Algérie’’.
M.RAFRAF et A.CHOUABNIA.

Durant la période du partenariat avec ‘’Arcelor Mittal Steel’’, qui s’est déroulé dans l’opacité totale, selon de nombreux observateurs, a connu des dépassements divers et nombreux dans la gestion financière et managériale du complexe.
L’ANFC (Association Nationale de la Famille du Chahid), présidée par monsieur Mustapha OUDIAI, dans une déclaration remise à la presse et adressée aux hautes autorités du pays et à leurs têtes, le président de la République Abdelmadjid TEBBOUNE, a fait état de son inquiétude sur la situation post-partenariat étranger.
Dans cette même déclaration, monsieur OUDIAI, ne va pas avec le dos de la cuillère et interpelle en premier lieu, le Chef de l’Etat pour l’ouverture d’une enquête approfondie sur l’exécution de toutes les phases du contrat de de partenariat avec la firme Indienne internationale, qui aurait porté des préjudices financiers énormes estimés en milliards de dollars à la trésorerie publique.
Dans ce contexte l’association a carrément invité les pouvoirs publics à ester en justice la firme (Arcelor Mittal), qui n’aurait pas honoré loyalement et légalement tous ses engagements contractuels.
Après dix années d’exploitation, la firme aurait laissé, un complexe complètement démuni de ses capacités initiales de production, par le fait d’une surexploitation et en l’absence du moindre investissement prévu par les formes contractuelles.
Messieurs, Mohand MEDJABER et Mohamed OULHACI, respectivement, vice-président de l’association et chargé de la communication et du juridique au sein de l’association ont insisté sur la mise en cause des cadres gestionnaires, des responsables syndicaux et leurs parrains politiques, qui ont soumis à travers leur passivité et laxisme complices à la firme Indienne de faire fi aux clauses du contrat de partenariat.
La firme Indienne a en contre partie de la cession de ses parts sociales, bénéficié de plusieurs millions de dollars, représentant les 70%, à la partie Algérienne, ceci avec le consentement de l’ancien ministre de l’industrie Abdeslam Bouchoureb, actuellement en fuite à l’étranger, qui a transféré l’argent à Arcelor Mittal par d’incroyables facilités et en l’absence totale d’une commission d’évaluation de l’exécution du contrat de partenariat, ainsi que l’état des lieux du complexe.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.