SEYBOUSE LA ROYALE. (Origines patronymique : dans Tamazight).

Culture

SEYBOUSE LA ROYALE. (Origines patronymique : dans Tamazight).

Appellation et étymologie de :’’Bouna’’ et ‘’Seybouse’’.

Par : Ammar Chouabnia.(Auteur).

 

Pour :’’Le point d’Algérie’’

 

N’ayant pas encore bénéficié de la civilisation Arabe au septième siècle, les Berbères étaient en maints endroits, forts sauvages, mais leur qualité ne tardait pas à se développer et c’est avec raison qu’Ibn Khaldoun a pu dire d’eux : « Les Berbères ont toujours été un peuple puissant, redoutable, brave et nombreux, un vrai peuple comme tant d’autres, dans le monde, tel que les Arabes, les Persans, les Grecs et les Romains. « On a vu chez des Berbères, des choses tellement hors du commun, des faits tellement admirables—ajoute t-il—qu’il est impossible de méconnaitre le grand soin que Dieu a eu de cette Nation. ». Aguellid, ou le rang de rois berbères rassembleurs, de tendance à fédérer un pouvoir pour régner sur des populations de configuration tribale, hiérarchisées et à vocation agro- pastorale, ceci à une époque de la civilisation Numide, précédée et suivie à d’autres célébrités royales, dont l’histoire ne s’arrêtera jamais d’en faire les éloges et ainsi… Autrefois, sur les berges paradisiaques, où poussaient une multitude de fleurs et d’arbres divers à l’instar du tamarin, et accrochés aux magnifiques jujubiers, chardonnerets et rossignols se donnaient de véritables répliques, accompagné de sa suite un prince numide venait à chaque après midi, faire sa promenade et dont il ne pouvait s’en passer car ici les printemps étaient plus long. Ce prince petit de taille et d’une extrême rigueur dans la vie publique, s’appelait « Buse »se prononçant –Bouse- A cette époque de notre histoire, la cité s’appelait Hippone, puis Hippo -régius, mais précédée toutefois de, hi –Bou- na « Bouna ».Vraisemblablement l’origine linguistique de cette appellation était punique vu l’influence de celle ci sur la langue berbère, et dans le premier et deuxième éponyme l’histoire nous révèlera bien des explications. De notre hypothèse, ou bien la filiation toponymique : Ubon (ne pas confondre avec une ville se trouvant en Thaïlande qui est simplement son homonyme), Bouna, Hippone, Bône :(sans intérêt et de timbre colonial, qui est aussi une grossière déformation de Bouna) puis en dernier lieu Annaba, par rapport au « Spina Christi » : espèce de jujubier poussant dans la région et qui et en plus de la qualité de son fruit, serait sacré. L’étymologie de « hi Bou Na », serait ainsi : Hi=région Bou=riche en élevage bovin et Na =fertile. (Agro -pastorale), Bouna, est préférée à l’ouïe par la grande majorité des Algériens. Quant à Lalla Bouna, femme maraboute, enterrée près des citernes d’Hippone, relèverait plutôt de faits de légende imaginaire. De nos jours, certains riverains conserveraient ces us d’antan. La saison des chaleurs venue, notre illustre monarque prenait des bains répétitifs attiré par la limpidité des eaux, de la grande rivière, et un jour s’aventurant plus au large, soumis à cette douceur de la nature, ne pouvant remonter un courant venu subitement le surprendre, il perdit la vie. Ainsi, le vénérant depuis son vivant, les populations parlant tamazight (vers -146) glorifièrent sa mémoire par la langue berbère : Seifbouse, dont l’étymologie, serait : Seif : rivière (fleuve) et Bouse : le nom du défunt Numide et par une syllabe fermée nous formons ceci : « Seifbouse »et de nos jours :Seybouse, qui prend finalement ses origines patronymiques dans Tamazight . Le vocable de : « Oued seybouse serait donc un pléonasme : « oued’’oued’’ Bouse, serait faux» par, rapport à la racine du mot.

Laisser un commentaire